Pourquoi obtenir la certification?

La Certification comporte des privilèges! 

En tant que professionnel en sécurité, différentes options s’offrent à vous quand vient le temps de tracer votre parcours professionnel. Vous seul pouvez décider d’obtenir une certification. L’obtention d’une certification du CCPSA vous démarquera d’autres personnes dans votre domaine et aura un effet mesurable sur votre carrière. Les détenteurs d’une certification du CCPSA bénéficient des meilleures possibilités d’avancement professionnel et sont sollicités pour leur expertise.

Qu’est-ce que la certification?

<<Une démarche volontaire par laquelle un organisme non gouvernemental accorde une reconnaissance de durée limitée et l’utilisation d’un titre à une personne après avoir vérifié qu’elle répond aux critères préétablis et normalisés.>>  (Source: 2005 Institute for Credentialing Excellence Guide)

Quelle est l’importance de la certification?

La certification vise à reconnaître les personnes qui possèdent des connaissances, des aptitudes ou des compétences déjà établies. De nombreux employeurs et organismes gouvernementaux se fient au processus de certification pour sélectionner des employés ou attribuer des contrats. Les programmes de certification accrédités par les pairs permettent d’établir des normes et d’évaluer les personnes par rapport aux normes prédéfinies. Les normes comprennent des exigences minimales à respecter en matière de scolarité, de formation et d’expérience ainsi que la réussite de l’examen qui démontre les connaissances et les compétences. La certification dans le domaine de la santé et de la sécurité du travail (SST) a pour but de promouvoir l’excellence et le professionnalisme.

Valeur de la certification

En 2011, le CCPSA a mené une recherche sur la valeur perçue de la certification. Les résultats ont révélé que la certification permet de:

  • Démontrer un perfectionnement professionnel continu;
  • Augmenter la crédibilité professionnelle;
  • Témoigner un engagement professionnel;
  • Améliorer l’employabilité et la mobilité;
  • Accroître la probabilité de gagner un meilleur revenu.

Contrôle de la qualité

Les normes de qualité de nos programmes de certification comprennent: un devoir d’équité à l’égard des candidats, un examen valable et fiable, des questions d’examen de bonne qualité, l’établissement d’une note de passage, la sécurité des documents d’examen, des pratiques financières et un mode de gouvernance transparents ainsi que des procédures de maintien de la certification. Lorsque vous évaluez des programmes de certification, voici quelques mesures de qualité à tenir compte: 

  • Devoir d’équité à l’égard des candidats. Cela s’applique aux principes de non-discrimination pour les demandes d’admission et le processus d’examen. Cela signifie également que l’admissibilité est indépendante de toute autre adhésion à d’autres organismes.  
  • Examen valable et fiable.  Un examen valable doit comprendre des procédures acceptables visant à déterminer les sujets à couvrir dans l’examen. L’examen de certification ne doit comprendre que les sujets qui sont pertinents, importants et indispensables à l’exercice de la profession pour laquelle la certification est délivrée. Les procédures acceptables doivent comprendre des analyses de tâches et des sondages de validation afin d’élaborer le Plan directeur de l’examen.
  • Questions d’examen de bonne qualité. La rédaction de questions pour un examen de certification constitue un processus complexe.   En général, une source importante de questions préliminaires provient du milieu de la pratique. Ensuite, les questions sont soumises à différentes étapes de révision. Dans le cadre des questions à choix multiples, tous les choix doivent être valides et la question doit contenir une référence reconnue relativement à la bonne réponse. Chaque question doit contribuer à l’objectif de l’examen qui consiste à établir si le candidat détient les connaissances et les compétences minimales qui sont applicables à la pratique visée par la certification.
  • Note de passage.  La note de passage des examens de certification doit être équitable pour tous les candidats. La note est fondée sur les critères de réussite et d’échec. Le but visé est de déterminer si un candidat possède le niveau de compétence minimal selon la note de passage établie. Les méthodes de notation arbitraire (style universitaire) ou de notation normative (axée sur le rendement) ne peuvent pas être utilisées, car elles ne permettent pas à tous les candidats d’avoir des chances égales de réussir. La procédure courante utilisée pour établir la note de passage est la méthode d’Angoff. Les juges du groupe d’experts évaluent chaque question d’examen en se basant sur le concept du candidat minimalement compétent (c.-à-d. « quel pourcentage de candidats minimalement compétents pourrait donner la bonne réponse à cette question?). Cette pondération évalue les éléments tels que la difficulté et l’application universelle dans divers milieux de travail. Les juges experts s’attendent à ce qu’il y ait moins de candidats qui auront la bonne réponse aux questions difficiles et plus de candidats qui auront la bonne réponse aux questions faciles. La moyenne de toutes les questions évaluées par tous les juges détermine la note de passage. 
  • Sécurité des documents d’examen. Les mesures de sécurité adéquates pour protéger les documents d’examen (questions préliminaires, questions sur papier ou sous forme électronique) sont essentielles à la crédibilité du processus de certification. Tout geste pouvant compromettre la sécurité de l’examen peut détruire la valeur de la certification.
  • Pratiques financières et mode de gouvernance transparents. Un mode de gouvernance transparent garantit que les personnes responsables de l’établissement des compétences, de la rédaction des examens et de l’évaluation des candidats représentent les personnes qui exercent la profession. Cet aspect nécessite une représentation du public et comprend l’incidence de la pratique auprès du grand public. Les pratiques financières transparentes garantissent des règles comptables claires en ce qui a trait aux frais, revenus et dépenses afin que les personnes qui s’occupent du processus de certification ne puissent pas recevoir personnellement ces sommes et que le programme de certification comprenne suffisamment de ressources pour exister. Des fonds de réserve sont nécessaires pour assumer les coûts des études de validation périodiques et pour tenir compte des changements technologiques et investir dans des outils nécessaires à l’administration.
  • Maintien de la certification. Ce programme vise à s’assurer que les détenteurs de la certification se tiennent au fait des changements ou nouveautés dans le domaine en prenant part à des activités de formation continue. 

Pour en savoir plus sur l’élaboration des programmes de certification en SST, cliquez ici.